Elisa Le Merrer pose.

L’artiste performeuse et plasticienne Elisa Le Merrer travaille sur une nouvelle installation dans des maisons de retraite. Nommé « Vïa », le projet doit apporter du bien-être aux personnes âgées.

En quoi consiste votre projet d’installation Vïa dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ?

C’est un rectangle en toile blanche qui crée un abri. La personne âgée sera dedans, avec moi. On va y travailler les sens : le toucher, la vision, l’ouïe et aussi les souvenirs. Je vais jouer avec les écrans. Par exemple, pour réveiller les souvenirs, je tends un caillou dans une vidéo, que je déposerai réellement dans la main du  résident Je travaille avec un psychologue et trois élèves des Beaux-Arts de Brest : Pauline Piffer, Théo Sauvel et Marie Boudet.

Pourquoi souhaitiez-vous travailler avec des personnes âgées ?

Car elles sont délaissées. Les soignants ne les touchent plus, ils n’ont plus le temps. On l’a vu dans l’actualité, avec les grèves dans les Ehpad. Ça me touche, ma grand-mère est concernée. Et puis, ce sont des personnes géniales avec plein de choses à raconter. Avec cette installation, je veux créer un échange et sortir les résidents de leur quotidien difficile.

« Les personnes âgées sont délaissées. Les soignants ne les touchent plus »

Peut-on donc dire que cette installation est une forme de thérapie ?

Non, je ne pense pas. Mais le psychologue avec qui je travaille estime que c’est le cas. Selon lui, apporter du bien-être aux résidents, s’en occuper, les toucher, c’est diminuer leur dépression et donc leur dose de médicaments.

Pourquoi importer votre art dans des Ehpad ?

Je veux balayer les codes sociaux. Cette bulle est un endroit neutre, on dégage tout ! On existe par soi-même et non plus par des codes vestimentaires qui traduisent notre classe sociale. En rendant l’art accessible, j’espère nous sauver de la société de consommation par la culture. L’art permet d’avoir une réflexion sur le monde. C’est une ouverture sur un ailleurs. D’après moi, il faut apporter la culture aux gens pour déclencher leur curiosité.

Jordan Guérin-Morin et Roxane de Witte

Please follow and like us:

1 thought on “«Je veux sortir les résidents de leur quotidien»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *